PART #1 : Les cosmétiques à la loupe


Il y a presque 4 ans, j’ai eu une prise de conscience sur les produits cosmétiques que j’utilisais. L’engouement pour les influenceuses beauté sur You tube m’entrainait vers des achats compulsifs pour une beauté à tout prix… Je fonçais alors comme un petit mouton vers les promos beauté des grandes marques de distributions, pensant naïvement que les promesses des grands industriels répondraient à mes besoins…Et puis un jour, j’ai lu un article, j’ai commencé à acheter des livres sur la slow cosmétique, la cosmétique maison et naturelle et j’ai fait un grand tri dans mes placards.


Petit à petit, j’ai commencé à réaliser mes propres cosmétiques. Ce fut un peu fastidieux au départ, évidemment il y a eu des ratés mais avec le temps j’ai approfondis mes connaissances et mes compétences. Mon envie de partager mes connaissances a commencé alors à se faire sentir en moi. Ne me sentant pas vraiment légitime, j’ai suivi une formation sur la « cosmétique bio & artisanale » auprès du Dr Humana.


J’anime des ateliers pour les enfants, les adultes, des occasions particulières (EVJF, Baby shower…). Aujourd’hui à travers cet article, je vous propose de vous guider vers une cosmétique bio et artisanale répondant réellement à vos besoins mais aussi de vous aider à comprendre les étiquettes des produits et à orienter vos achats vers des marques avec des compositions saines pour vous et pour l’environnement.


La méconnaissance du sujet, le greenwashing des industriels et la multitude d’informations ne vous permet pas toujours de comprendre ou de savoir vers quel produit se tourner.

Avant de vous lancer, je vous propose de comprendre tout ce qui ce cache derrière cette grande industrie du cosmétique.

Une cosmétique « intelligente »

La cosmétique doit répondre aux besoins essentiels et réels. Pour cela, la cosmétique doit utiliser des ingrédients issus des ressources disponibles et renouvelables qui apportent quelque chose de positif à la peau. Les ingrédients inertes ou inactifs ou inutilement transformés doivent être évités, ainsi que tout ingrédient susceptible d’améliorer la santé de la peau au détriment de la santé du reste du corps et de l’esprit. Or, les produits conventionnels, ceux que l’on trouve dans les grandes surfaces ou instituts beauté, contiennent une liste d’ingrédients souvent trompeurs. Bien que les produits conventionnels respectent le cadre légal strict des cosmétiques, ils sont composés de matières synthétiques ou transformés, d’ingrédients inertes, peu de végétal et beaucoup de synthétique et les produits sont peu ou pas biodégradables.


On trouve dans les produits conventionnels

Des huiles minérales et dérivés pétrochimiques : ce sont des corps inertes qui n’apportent rien à la peau et ils sont issus d’une industrie non durable

Des silicones et polymères : présents dans beaucoup de cosmétique pour apporter un effet « zéro défaut ». Bien que dérivée de la silice naturelle, la plupart d’entre eux sont aujourd’hui synthétiques et très peu biodégradable. Ils mettent une éternité à se dégrader dans l’environnement et perturbent l’écosystème.

Des matières éthoxylées : il s’agit de solvants ou de tensioactifs très transformés permettant de lier les différentes phases d’un cosmétique ou ayant un pouvoir détergent. Ces ingrédients ne sont pas officiellement considérés comme nocifs même si certains sont critiqués pour leur pouvoir irritant. Leur fabrication nécessite l’utilisation d’un gaz toxique et réputé cancérigène et leur biodégradabilité laisse fortement à désirer.

Application Inci Beauty


Les conservateurs et biocides : ce sont les mal-aimés de la cosmétique pour leur potentiel irritant, allergène et perturbateur endocrinien.

Perturbateurs endocriniens : ils sont trop nombreux pour en faire la liste mais on leur reproche de perturber le métabolisme (impact sur la fertilité, la croissance et la vie cellulaire, le cancer…). Selon certaines études, plus de 60% des cosmétiques en rayon contiennent des potentiels perturbateurs endocriniens.

Des Substances irritantes : les émulsifiants, les solvants, les parfums et conservateurs synthétiques. Ils ont un pouvoir irritant et parfois même allergisant.


Une cosmétique « raisonnable »

La cosmétique ne doit pas créer de nouveaux besoins. Limiter le nombre de produits permet de garder sa peau et ses cheveux en bonne santé. La cosmétique ne doit pas nous inciter à consommer plus que ce que notre peau à besoin. Or c’est ce que tente les fabricants de cosmétiques conventionnels grâce ou à cause de leur campagne marketing. L’avantage des produits maisons est de fabriquer à la juste dose en évitant de gaspiller.


Une cosmétique « écologique »

La cosmétique doit être formulée et utilisée dans le respect de l’environnement. Les ingrédients naturels ou biologiques les moins transformés doivent être privilégiés dans les formules excluant tout ingrédient de la chimie de synthèse, de la pétrochimie, de l’exploitation animale ainsi que tout ingrédient potentiellement polluant. La cosmétique doit s’efforcer de minimiser son impact écologique dans toutes les sphères de sa conception et de son utilisation.

Ainsi il est possible d’utiliser des cosmétiques issus de l’agriculture biologique, qui représentent 13% du marché actuel, mais leur prix est souvent couteux pour certains. Toutefois, comme cette cosmétique est plus respectueuse de l’environnement et des besoins fondamentaux de la peau, nous sommes amener à consommer moins de produits mais de meilleure qualité. Il faut s’assurer que ces produits contiennent les labels bio reconnus. Une cosmétique dite « naturelle » est alors une alternative à la cosmétique biologique et moins couteuse. La cosmétique naturelle, faite maison permet également de limiter l’utilisation d’emballages et de jouer la carte de la récupération. La cosmétique naturelle faite maison peut utilisée comme matière première des ingrédients biologiques.


Une cosmétique « humaine et éthique »

La cosmétique doit être formulée et utilisée dans le respect de l’Homme. La cosmétique doit mettre l’accent sur les bénéfices qu’apportent les végétaux, et les minéraux au corps autant qu’à l’esprit. C’est une discipline « holistique ». Tous les ingrédients potentiellement toxiques ou n’ayant pas d’effet comme les produits inertes sont à éviter.


Une cosmétique « économique »

Souvent considérée comme trop couteuse, la cosmétique bio n’est pas ou peu adoptée. Or, beaucoup de personnes ne s’intéressent pas non plus à la cosmétique naturelle, celle que l’on fait soi-même. On peut prendre soin de soi à petits prix, en respectant l’environnement et en répondant aux besoins réels de la peau. Rien qu’en ouvrant les placards de sa cuisine, beaucoup de produits permettent de créer ses cosmétiques par soi-même. D’autre part, il existe des sites d’approvisionnement pour réaliser des produits plus élaborés où les produits de bases de la cosmétique naturelle sont peu couteux. En effet, tout ce qu’on utilise sur notre peau et nos cheveux entrent dans notre corps et perturbe notre système hormonal notamment… De nombreuses femmes à ce jour ne parviennent pas à avoir des enfants et les cosmétiques y sont pour quelques choses, tout comme notre alimentation. On me dit aussi souvent « oui mais les shampoings ou les soins c’est pas grave on les rinces » mais tout ce qui entre en contact avec notre peau traverse cette barrière cutanée et arrive dans notre organisme et notre circulation sanguine et le perturbe. Bien évidement, chaque produit cosmétique conventionnel respecte un cadre légal mais l’effet cocktail de l’utilisation de plusieurs produits ont des conséquences sur le long terme.


Une cosmétique « créative »

Créer soi-même ses cosmétiques demande parfois du temps mais elle présente un intérêt ludique et créatif quelque soit l’âge que l’on a. En effet, en cosmétique naturelle, une large palette de recettes existe mais il est possible de créer, de moduler ses recettes et ainsi de réaliser des cosmétiques personnalisés, et adaptés à notre peau. C’est comme un atelier cuisine, on dose, on texte, on expérimente, on éveille nos sens.


Un peu d’histoire…

La cosmétique maison renvoi à ce que l’on appelle la « Slow Cosmétique » qui est un terme générique et rassembleur. Inspirée en partie par les mouvements Slow Food qui dénoncent la malbouffe, la Slow Cosmétique sensibilise les consommateurs aux abus de la cosmétique industrielle et invite à prendre soin de soi et de sa beauté de façon plus éco-responsable.

Slow Cosmétique est une marque récente puisqu’elle a été déposée en 2012. Elle est aujourd’hui détenue, promue et gérée par une Association internationale sans but lucratif (AISBL). Optez pour la Slow cosmétique, c’est milité pour une beauté qui a plus de sens à notre époque.

Depuis peu, nous sommes beaucoup à nous intéresser à une cosmétique plus naturelle. Or 80% des produits cosmétiques présents sur le marché, sont trompeurs. En effet, les industries de cosmétiques conventionnels ont compris qu’ils avaient tout intérêt à se tourner vers une cosmétique plus naturelle sans pour autant changer la composition de leur produit. Ainsi, ils jouent la carte du « greenwashing » c’est à dire l’écoblanchiment, le fait de faire passer une marque ou un produit pour écologique, biologique alors qu’il n’en est rien ou presque. Par exemple : le nom du produit évoque la nature et la douceur, le nom de la marque évoque la nature ou le bio mais cela n’implique pas toujours une bonne composition, de faux logos ou labels bio dans le but de tromper le consommateur, des illustrations végétales…

Ainsi pour s’assurer que l’on achète un produit Slow, il faut repérer les seuls labels bio certifiés, comme ceux ci dessous :

Même lorsque l’on achète des produits de bases pour confectionner ses cosmétiques soi-même il est préférable de se diriger vers ce type de produit ayant un logo certifié bio. Outre ces logos ou labels, il faut analyser la liste INCI des produits.

Plus qu’une mode, la consommation de cosmétiques bio ou naturels devient une tendance depuis plusieurs années. Alors que le secteur des cosmétiques classiques a relativement mauvaise image et stagne, c’est tout l’inverse des cosmétiques bio qui bénéficie de la confiance des consommateurs. Même chose pour les produits naturels fait par soi même, les consommateurs ont confiance car ils composent leur produit et en connaissent les ingrédients.


J’espère que cet article vous permettra de comprendre un peu mieux ce qui se cache derrière nos cosmétiques. Le prochain article sera consacré au decryptage des étiquettes des cosmétiques

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :